ACTUALITÉS

DU NOUVEAU POUR TRAD’MAG ! ENTRETIEN AVEC PHILIPPE KRÜMM

Le 1er juillet 2015 la Scop « Éditions Émile » est devenue l’éditrice de  Trad’ Magazine et d’Accordéon & Accordéonistes.

Pourquoi les « Éditions Émile » ? En hommage à Émile Vacher accordéoniste, créateur du genre musette et à Jean-Jacques Rousseau au travers de son œuvre “Émile ou de l’éducation”.

 

Philippe Krümm, gérant, expert en accordéons et journaliste voyageur, nous présente les nouvelles orientations de cette petite entreprise.

 

Comment est composée la Scop ?

 

La Scop (Société coopérative et participative) est composée de Gérard Viel, pigiste, ancien directeur artistique du festival de Tatihou, et de François Guibert, secrétaire de rédaction, passionné de rock indé et de Johnny Halliday ! Le directeur de publication est Saïd Assadi, directeur du label Accords croisés. La Scop est amenée à s’agrandir pour collaborer et réfléchir ensemble. Il s’agit d’une société mais avec un esprit militant et collaboratif.

 

Quels sont les différents changements que va connaître le magazine ?

 

Il y aura très peu de changements pour Accordéons & Accordéonistes. Pour Trad’ Magazine, la maquette va être modifiée dans le but  d’attirer de plus grandes oreilles sans troubler le lectorat habituel. Aux cent pages initiales vont être ajoutées seize pages consacrées aux musiques d’ailleurs, dans lesquelles François Mauger va s’investir en tant que rédacteur en chef adjoint. Quelques modifications de format vont être réalisées : la hauteur sera diminuée pour un magazine plus carré et le papier glacé sera remplacé par du mat. Courant janvier un nouveau site web verra le jour, plus clair, simple, lumineux. Il sera le support de la version dématérialisée du magazine, ce qui est intéressant pour les régions francophones éloignées, comme le Québec par exemple, car les frais de transports sont très couteux. Le site permettra par ailleurs d’être plus réactif par rapport à l’actualité et sera alimenté avec des articles supplémentaires, des interviews intégrales, plus de chroniques de disques…

 

A ce propos, qu’en est-il de la distribution des disques chroniqués ?

 

Nous allons désormais travailler avec Auvergne Diffusion. Nous leur transmettrons la liste des disques chroniqués afin qu’ils soient en vente sur leur site. Bien qu’il se dise que le disque est mort, il y a paradoxalement aujourd’hui énormément de disques, notamment en auto-édition, c’est pourquoi le nouveau site permettra de relayer encore plus de chroniques. Nous allons d’ailleurs modifier les catégories afin que le  coup de cœur « Bravo Trad Mag » devienne un peu plus exceptionnel, soit réservé aux excellents disques, car les chroniques sont toujours très positives ! Il est difficile de trouver des chroniqueurs qui assument un avis peu enthousiaste sur un CD…

 

Quel développement ou améliorations souhaites-tu pour Trad Mag ?

 

Qu’il y ait toujours plus d’abonnés ! L’idéal serait entre 200 et 500 nouveaux abonnés en 2016, car tout coûte plus cher, l’impression, les frais postaux,.. Nous  allons continuer à améliorer les contenus, la distribution… Nous faisons des démarches pour mettre en place une distribution en librairie.

 

Accordéon & Accordéonistes se trouve déjà en kiosque ?

 

Oui car il est né des cendres de Accordéon Magazine qui se trouvait déjà en kiosque. Se lancer en kiosque est très difficile et peu rentable mais ça offre de la visibilité… Visibilité relative car nous sommes présents dans moins de 6 000 kiosques en France (sur 24 000) mais nous travaillons avec une personne qui fait le travail de « régleuse », qui consiste à  mettre le bon nombre d’exemplaires aux bons endroits, d’optimiser les endroits de vente.

 

Combien avez-vous d’abonnés aujourd’hui ?

 

4 000 pour Trad’ Mag et 3 500 pour Accordéons & Accordéonistes. Nous lancerons mi-janvier une campagne de financement participatif pour nous aider à trouver les fonds nécessaires au développement des Editions Emile.

L’ambition pour Trad’ Mag, qui va avoir 28 ans, est d’être encore plus LE magazine spécialisé de référence en France, porté par des passionnés du milieu.

 

Propos recueillis par Maureen Largouët